École doctorale des Sciences humaines, Université Gakushûin

Présentation

Un milieu intellectuel vivant

   Pour constituer un foyer d’étude stimulant et productif, l’essentiel n’est cependant pas le corps enseignant, si remarquable soit-il, et prêt à toutes les remises en question : ce sont les livres. Sur ce point, notre cursus de 3ème cycle peut s’enorgueillir d’une bibliothèque dont les dimensions ne sont pas si modestes : environ 70 000 ouvrages pour le français, sa littérature et tous les domaines de la pensée. Du Moyen Age à l’époque contemporaine, une masse imposante de livres et de revues, notamment à partir du XIXème siècle, est offerte à la consultation, parmi lesquels certains ouvrages difficiles à trouver aujourd’hui. C’est un véritable trésor pour quiconque désire enrichir ses connaissances sur les siècles passés, et en particulier sur l’âge moderne.

   Il ne s’agit pas seulement de livres ou d’imprimés. De nos jours, une recherche véritable passe aussi par les documents enregistrés, vidéo ou DVD, principalement sur le cinéma, et la salle réservée aux étudiants de maîtrise-doctorat, outre de nombreux dictionnaires, contient aussi des ordinateurs et du matériel audio-visuel donnant au public les moyens d’aborder la production théâtrale et cinématographique., ou tout simplement l’expression française vivante. A cet égard, en sus des cours ordinaires, des conférences périodiques sont organisées autour d’écrivains, de poètes, de critiques, de chercheurs, de metteurs en scènes et de comédiens de langue française représentant l’extrême pointe de l’activité intellectuelle et artistique. D’ailleurs, l’un des professeurs de notre département est romancier, un autre est poète, et c’est encore une occasion de toucher de près à l’activité créatrice ! Toutes les conditions sont donc réunies pour faire de cet espace un lieu de savoir et de pensée vivant et fécond, conformément à la définition même de ce que doit être une université. 

Nature des études

   L’acquisition de la culture classique (que nous voulons élargir à toutes les langues romanes) constitue l’axe autour duquel rayonnent l’étude de la littérature, celle de la langue et des phénomènes socio-culturels ou des expressions théâtrales et cinématographiques francophones et autres. Certains cours sont assurés par des enseignants venus de France et frottés de culture ancienne et contemporaine ; hors des cours même, les professeurs sont toujours disponibles pour faire profiter les étudiants de leurs conseils et de toute l’amplitude de leurs centres d’intérêt, aussi bien pendant la classe que dans la conversation quotidienne.

   Certes, la dimension modeste d’une université telle que Gakushûin, qui est l’une des qualités de celle-ci, rend parfois difficile de traiter à fond toutes les matières et tous les domaines dans un seul lieu. C’est pourquoi des liens étroits ont été établis avec d’autres universités, Waseda, Keiô, Aoyama Gakuin, Shirayuri, Sophia, Dokkyô, Musashi, Meiji Gakuin et Meiji, afin d’établir un système d’équivalence des unités de valeur. Par ailleurs des accords d’échange ont été établis avec l’université Lyon 2, l’université Paris 7, afin de faciliter les séjours d’étude à l’étranger. 

Diagramme du cursus de 3ème cycle

nagare-fr.gif

Après le troisième cycle

   Par principe, nous encourageons nos étudiants à passer le concours des bourses du gouvernement français et à effectuer des voyages d’étude dans des pays francophones : et de fait, ceux qui suivent ces conseils continuent ainsi leurs études. Après avoir soutenu leur maîtrise, les étudiants ont la possibilité d’entrer sur recommandation au cours de doctorat, mais il existe également des concours d’entrée ouverts à tous, destinés à accueillir les personnes de tous âges qui désireraient reprendre leurs études. Si l’objectif de notre cursus est de former des universitaires aussi compétents que possible, la situation actuelle de l’université japonaise rend malheureusement difficile pour ceux-ci d’y trouver immédiatement un débouché professionnel. C’est pourquoi beaucoup de nos étudiants obtiennent un emploi hors de l’université, dans l’édition ou le cinéma, ou encore le théâtre, ou dans des professions qui leur permettent de mettre à profit leur connaissance du français : l’éventail est large, et c’est encore une des particularités de notre département.

   Quoi qu’il en soit, qu’on se destine à l’université, à la création ou au travail salarié, notre cursus de troisième cycle fournira un aliment idéal d’enrichissement de l’imaginaire. Tel est notre objectif constant et l’objet de tous nos efforts.