École doctorale des Sciences humaines, Université Gakushûin

Concours d’entrée

Les concours d'entrée au cours de maîtrise-doctorat

   Deux sessions du concours d’entrée au cours de maîtrise-doctorat sont organisées chaque année, l’une en automne, l’autre au printemps.

   Le concours d’automne, pour lequel les inscriptions commencent à la mi-septembre, a lieu à la fin de ce même mois ; pour le concours de printemps, les inscriptions commencent au milieu de janvier et les épreuves se passent à la fin du mois de février : il importe cependant de consulter au préalable le site de l’université Gakushûin pour obtenir des renseignements précis sur ces dates.

   Le concours d’automne et celui de printemps offrent aux candidats l’occasion de montrer leur connaissance fondamentale de la grammaire française et de l’histoire de la littérature : des bases assurées dans ces domaines sont une garantie de succès. 

Le concours d'automne

  Les étudiants qui sont encore en deuxième cycle d’université au moment du concours sont jugés uniquement sur leur résultat aux épreuves écrites.

   Ceux qui ont déjà achevé leurs études de deuxième cycle doivent présenter leur mémoire de licence, ou le résumé de celui-ci, dont le contenu sera pris en compte dans l’appréciation générale. Les idées développées dans ce mémoire, la construction de ce dernier, la clarté de l’écriture seront examinées avec le plus grand soin.

   Les épreuves écrites proprement dites comprennent :

   1) deux textes en français d’une certaine longueur à traduire en japonais, permettant de juger l’aptitude du candidat à saisir l’ensemble des effets de sens ainsi que sa capacité à écrire le japonais. L’un de ces textes est choisi dans la littérature classique (XVIIème ou XVIIIème siècle), l’autre dans la littérature moderne ou contemporaine.

   2) un commentaire sur un texte français relativement long, pour lequel il s’agira de répondre, en japonais, à des questions de grammaire, d’histoire littéraire ou d’analyse textuelle.

   Les épreuves écrites sont suivies d’un entretien. Ce dernier portera principalement sur le résultat des épreuves écrites et sur les projets du candidat concernant ses études ultérieures. Par ailleurs un professeur francophone posera, en français, quelques questions très simples auxquelles le candidat devra répondre dans cette langue. 

Le concours de printemps

  L’évaluation porte sur le mémoire de licence (ou tout texte équivalent) déposé par le candidat, ainsi que sur le résultat des épreuves écrites. Les critères permettant d’évaluer le mémoire de licence sont les mêmes que pour le concours d’automne.

   Les épreuves écrites comprennent :

   1) deux textes en français d’une certaine longueur à traduire en japonais, permettant de juger l’aptitude du candidat à saisir l’ensemble des effets de sens ainsi que sa capacité à écrire le japonais. L’un de ces texte est choisi dans la littérature classique (XVIIème ou XVIIIème siècle), l’autre dans la littérature moderne ou contemporaine. Le texte de ces deux versions est toutefois différent pour le concours d’entrée en classe de maîtrise et pour celui de la classe de doctorat.

   2) des questions de grammaire de niveau moyen.

   3) des questions d’histoire littéraire (portant sur les auteurs, les œuvres etc.), auxquelles le candidat devra répondre brièvement.

   4) un commentaire sur un texte en français relativement bref, composé de questions auxquelles il conviendra de répondre en français ou en japonais, selon le cas, et destiné à vérifier la compréhension globale du passage.

   5) un court texte japonais à traduire en français, non pas d’une manière littérale, mais de façon à montrer qu’on en a compris le sens général.

   Les épreuves écrites sont suivies d’un entretien. Ce dernier portera principalement sur le résultat des épreuves écrites et sur les projets du candidat concernant ses études ultérieures. Un professeur francophone posera, en français, quelques questions très simples auxquelles le candidat devra répondre dans cette langue.