Département d'étude des civilisations de langue française

Faculté des Lettres, Université Gakushûin

DEPARTEMENT D’ETUDE DES CIVILISATIONS DE LANGUE FRANCAISE

   Riche d’une longue histoire, l’Institut de langue et de littérature françaises a, depuis sa création, centré son travail d’éducation et de recherche sur la langue et la littérature françaises. Toutefois l’évolution des temps nous amenés à vouloir élargir notre entreprise, sans la cantonner à la littérature au sens étroit du terme, sur la culture française en général ainsi que sur les différentes cultures du monde qui possèdent la langue française en partage. C’est pourquoi nous avons adopté l’appellation de « Département d’étude des civilisations de langue française », afin d’affirmer de manière plus éclatante la refonte de notre département et d’ouvrir sur l’avenir des perspectives nouvelles.

   Dans notre esprit, le choix de cette nouvelle appellation est destiné à attirer l’attention sur le vaste ensemble des pays et des territoires qui utilisent la langue française. Il va sans dire, en effet, que la France n’est pas le seul pays où l’on parle français. Outre, en Europe, la Belgique, la Suisse ou le Luxembourg, les anciennes colonies françaises d’Afrique du nord et d’Afrique noire (Algérie, Maroc, Sénégal, etc.), celles du Canada et de la mer des Caraïbes ou encore de l’Océanie concourent à faire du français une des langues importantes du monde.

   A l’intérieur de cet espace francophone, s’il va de soi que les phénomènes culturels issus de la métropole (parmi lesquels, mais non exclusivement, la littérature) continuent à occuper une place de première importance, se développent des formes de civilisation diversifiées, qu’on ne saurait réduire au seul terme de « civilisation française » et qu’il y aurait de l’inconséquence à négliger.

   C’est pourquoi nous avons voulu introduire au cœur de notre recherche les vastes territoires qui constituent la francophonie ainsi que la multiplicité et la diversité de sa culture (qui ne se réduit pas à la « haute » littérature, mais englobe des phénomènes culturels de tous les niveaux) ; cette volonté nous a guidés dans le choix du nom de notre nouveau département.